Facebook est très critiqué, la plupart du temps avec raison. Mais je n’ai jamais été aussi reconnaissante qu’aujourd’hui car je viens de recevoir du Japon, des mochi (faits avec le meilleur riz de Kansai) et des soba (du temple d’Izumo) frais!!!!

IMG_0548

D’une amie Facebook que je ne connais pas, que je n’ai jamais vue, jamais parlé: nos échanges ont été exclusivement sur Facebook. Alors que les membres de ma famille étendue, éparpillée un peu partout au Japon, me disent toujours qu’ils ont la flemme d’aller à la poste, qu’ils n’ont pas le temps, une simple amie Facebook m’envoie ces magnifiques cadeaux de fin d’année sans même que je lui demande. Ah! Il y a encore de l’avenir pour l’humanité (on en doutait un peu ces derniers temps)!

Mon mari me demande pourquoi on m’envoie du Japon des « ronds en plastique blancs sous vide ».  Moi je me demande déjà comment je vais faire pour ne pas me les faire piquer par ma mère.

J’ai fait de la place sur mon bureau où je vais les admirer pendant tout le weekend, et ricaner bêtement…

Le mochi est un aliment dont le goût est très très difficile à apprécier pour un non-Japonais. C’est de la pâte de riz gluant japonais (grain rond) dont le parfum, fade évidemment, est très bon, comme le parfum du riz qui vient d’être cuit et monte avec la vapeur que le riz dégage. La texture est celle que les Français, et plus généralement (mais pas tous) les Occidentaux détestent. Gluant, mais pas comme le riz gluant thaï. GLUANT. C’est à dire que ça s’étire, comme un aligot, mais ça colle aussi, comme du chocolat bien épais. Tout ça avec un goût de riz, c’est à dire FADE. Si vous comprenez pourquoi cette fadeur est délicieuse, alors vous avez tout compris de la cuisine japonaise….

Le soba, plus facile puisque ce sont des nouilles, n’est pourtant pas simple car en Occident, la texture de la nouille et sa sauce font le plat, beaucoup plus que le goût de la nouille en elle même. Alors que ce qui est bon dans le soba (moins dans le udon où la texture prime avant tout), c’est bien entendu sa texture plus ou moins al dente, plus ou moins friable selon les proportions respectives de farine de soba et de blé (plus il y a de soba, plus la nouille est friable et se casse. Le blé lui donne tenue et élasticité) mais c’est surtout son parfum, FADE, de soba.

Il m’a fallu plusieurs décennies avant de comprendre pourquoi ma mère aime tant le riz nature, sans rien. Le soba. Le tofu. Le somen. J’ai toujours aimé le mochi. Il est presque sucré (fadement) mais il a un goût (fade) plus facile à apprécier que le riz.

L’amie Facebook me les a envoyé car nous, Japonais, mangeons du soba tard le soir du 31 décembre. Parce que le soba est une pâte étiré puis coupée finement, symbolisant la chance et la santé (longue vie). Aussi parce que le soba se coupe/se casse plus facilement que les autres nouilles, ‘pour que le mauvais se détache plus vite”.

Et nous mangeons du ozôni – soupe avec mochi –  pendant les “fêtes de début d’année”, c’est à dire le 1er, 2 et 3 janvier.

Délicieux cadeaux de fin d’année arrivés du Japon.