Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Lao Lane Xang–pas mauvais, pas transcendantal

Lao Lane Xang–pas mauvais, pas transcendantal

Bœuf haché lao, ou ce qu’on appellerait (je crois) un Yam Neua en Thailande, c’est à dire du bœuf cru haché « cuit » comme on dit, au citron vert, piment, nuoc mam. Accompagné comme il faut de concombre et de chou cru pour calmer le feu, sauf que c’est tellement pas piquant que ce n’est franchement pas nécessaire. Ça calme quand on rentre de Thaïlande et qu’on a le feu dans la bouche et les parfums tropicaux partout…

Ce restaurant fait partie des « nouveaux » restos du 13ème, dont le décor est plus actuel, tendance, jusqu’au thé bio. La clientèle par conséquent est plus française que Thaïlandaise ou Laotienne, a fortiori puisqu’il n’y en a pas beaucoup à Paris.

Lao Lane Xang–pas mauvais, pas transcendantal

La salade papaye ou som tam était assez frais mais un peu fadasse. Chose rare, on peut choisir un som tam thaï (crevettes séchées) ou som tam lao (crabes fermentés).

Lao Lane Xang–pas mauvais, pas transcendantal

La saucisse laotienne pas mauvaise mais assez quelconque. Les « crêpes » de crevettes, idem, pas mauvais mais un peu lourdaud.

Lao Lane Xang–pas mauvais, pas transcendantal

Grosse déception sur le maquereau entier. Beaucoup trop frit et du coup, plus de goût. L’aspect bordélique, ce sont mes talents photographiques (nuls), ce n’est pas de leur faute. L’assaisonnement est quasiment identique à celui de la salade bœuf haché. Encore une fois, ce n’est pas mauvais mais…pas transcendantal.

Lao Lane Xang–pas mauvais, pas transcendantal

Ça manque de … netteté ? de ce côté incisif qu’ont le citron vert, les feuilles de combava, le piment…

Lao Lane Xang–pas mauvais, pas transcendantal

Lao Lane Xang–pas mauvais, pas transcendantal

Grosse déception également sur les desserts. La mangue au riz gluant, ainsi que le durian au riz gluant  noir, étaient tout simplement du riz gluant, sans lait de coco, mais avec une espèce de crème de lait de coco dessus. Ce qui est bon, notamment dans le durian au riz gluant, c’est le durian qui est fondant et un peu gluant, qui se mélange avec le riz gluant et le lait de coco, le tout faisant un mix collant, une peu gluant, un peu puant et super bon. Quand on aime le durian bien sûr. Là, tout est séparé et pas assez liquide pour pouvoir être vraiment mélangé. En plus la crème de coco est trop solide. Question de goût peut-être, moi je n’aime pas. Ou plutôt, je préfère l’autre version.

Lao Lane Xang–pas mauvais, pas transcendantal

Lao Lane Xang

Prix : 63,96€ pour tout ça, plus un thé vert, 1 bière Lao, 1 riz gluant

102 avenue d’Ivry 75013 Paris

Tél : 01 58 89 00 00