Press "Enter" to skip to content

Enorme ! La prune

Temps de lecture : 2 minutes

On appelle cela une “prune salée” mais il paraît qu’en fait c’est le fruit de l’abricotier du Japon. Nous, on appelle ça tout simplement “umé-boshi” ou “umé séché”. C’est un tsukémono, ces légumes généralement légèrement fermentés qui accompagnent le riz blanc nature au Japon.

 

CIMG5991

 

 

C’est drôle comme on retrouve le même principe partout: en France, c’est le pain avec le fromage. Au Japon, c’est le riz et le tsukémono. Il y a autant de variétés de tsukémono que de fromages, plus peut-être car si les recettes changent selon la région, la ville, la famille, au lieu d’être fait avec un seul produit (disons le lait, oui je sais qu’il y a la vache, la chèvre, la brebis…), les tsukémono peuvent être des concombres, des aubergines, des feuilles vertes, du chou, des carottes, du daikon…ce qu’on veut quoi, tant que ça marche.

 

CIMG6002

 

Certains tsukémono sont très simples et on les fait facilement chez soi. D’autres sont plus compliqués, comme le takuwan (daikon jaune sucré salé) et l’umé-boshi. Honnêtement, je n’ai aucune idée comment c’est fait. J’avoue que cela ne m’a jamais intéressée car ça a l’air trop compliqué pour pas grand-chose.

 

L’umé-boshi, comme beaucoup de choses au Japon, d’un bête fruit qu’on conservait dans des grands pots est devenu par moments, un produit de luxe. Je dis “par moment” car on le trouve aussi bien en paquets de quelques euros au supermarché, qu’en sachets individuels. Il y a une boutique spécialisée à Ginza où ils font 8 € pièce !

 

CIMG5999

 

Chez moi, tout le monde aime ça. Mais c’est précieux car il n’y en a pas de bons en France. En tout cas, je n’en ai pas trouvé. Alors j’en demande souvent aux amis. Voici l’énorme umé-boshi qu’un ami m’a envoyé. Gigantesque par rapport à la taille du bol de riz. Juteux, très doux, pour moi un peu trop doux, un peu trop travaillé, un peu trop soigné. Un peu comme si on faisait quelque chose de super raffiné, sans graisse et sans sel avec du saucisson. Sans compter les sachets individuels…le packaging…l’environnement…bref.

 

CIMG5993

 

Ah oui. Je précise: les sachets sont quand même dans une boîte qui en contient plusieurs. Pas beaucoup. C’est vite torché.

 

Moi je trouve ça bizarre. C’est un peu comme si on vendait des raisins secs en sachets individuels si vous voyez ce que je veux dire. Mais avec la mode des produits japonais, cela ne m’étonnerait qu’on en trouve bientôt en importation en France.

 

L’umé est un peu notre deuxième ou troisième fleur nationale, avec le cerisier et le chrysanthème.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *