Press "Enter" to skip to content

Yen oui et non

Temps de lecture : 3 minutes

Yen est souvent – et justement-, cité comme le meilleur restaurant de soba de Paris. Ce n’est pas difficile, vu qu’il n’y en a pas vraiment d’autres dignes du nom.

IMG_0950

(Tofu de sésame. Ce n’est pas vraiment du tofu, le nom est dû à l’apparence, car il ne contient pas de soja).

Mais il est vrai que leur soba, c’est à dire les nouilles de soba elles-mêmes, ne sont pas mauvaises et se défendent si on les compare à plein de soba servis au Japon.
(Petit bémol ici: j’ai l’habitude de mettre tous les produits japonais au masculin, le nori, le soba, mais certaines personnes les mettent probablement avec plus de rigueur grammaticale, au féminin. C’est juste que ça me parait plus confortable au masculin)

IMG_0956

(Saint-Jacques et haricots verts au uméboshi. L’uméboshi est de la prune salée et acide qu’on mange souvent avec le riz nature, mais qui peut-être également utilisé comme un condiment)

Mais Yen est quand même très cher pour ce que c’est. Les petites “entrées” sont bonnes et soignées. Les nouilles sont des “vraies” fraiches, fates maison et le tsuyu (le bouillon dans lequel on trempe les nouilles) n’est pas trop trop salé.

IMG_0955

(Sobamiso. Un mélange de miso et de graines de soba, le tout grillé sur des “cuillères” à riz.)

Mais cette fois, revenant tout droit du Japon, je me suis rendue compte à quel point les tempura n’étaient pas bons. Pourtant, avant de partir, je disais haut et fort que ce sont les meilleurs de Paris. Alors, était-ce un mauvais jour? ou ont-ils changé de cuisinier, d’huile, de farine? En tout cas, ce qui est sûr, c’est que avec ces tempura, je n’aurais jamais dit qu’ils étaient bons, retour du Japon ou pas. Ils sont lourds, pâteux…j’ai envie de dire que même moi je les fais mieux.

IMG_0961

(Tempura: gambas, carotte, champignons de Paris, poireau, mini-maïs, feuille de shiso …)

Et puis, cette manie de mettre des quartiers de citron, et, en contrepartie de servir un fond ridicule de tsuyu (le bouillon de trempage du tempura est différent de celui du soba, beaucoup moins chargé en sauce soja, presque du dashi)…La friture japonais s’accompagne rarement et en général très mal de citron. Du sudachi pourquoi pas. Mais pas de citron jaune. Dans ce cas, il vaut mieux de loin du daikon rapé et du bouillon, c’est plus prolo, classique et moins “prout-prout” que le sel au matcha et le citron, mais c’est meilleur quand on a des tempura de cette qualité-là.

(Le tempura au sel et non au bouillon est à la mode depuis quelque temps au Japon. Ça toujours existé surtout dans le Kansai, mais de toute façon, ça ne marche qu’avec des tempura de super-top qualité, impossibles en France à cause de l’huile).

Sauf que la pâte du tempura ici est tellement lourde que cela justifie peut-être le citron…il faut bien rafraichir de façon violente cette “pâtosité” (oui, je viens d’inventer le mot).

IMG_0963Et puis, les quantités toujours aussi ridicules de soba, où on verrait presque le panier à travers…Je sais que la farine de soba coûte cher surtout en France (je crois que la farine de sarrasin ne marche pas, suis pas sure, quelqu’un fait un test SVP?). Mais enfin…On reste sérieusement sur notre faim chez Yen. Même si on y retourne parce qu’on n’a pas le choix, quand on est Japonais, les nouilles soba ou udon, difficile de s’en passer pendant des mois entiers…

Yen
22 rue Saint-Benoît 75006 Paris
Tel: 01 45 44 11 18

Comments are closed.