Je me sens poursuivie par les sushi…Voici, à un étal hier soir au marché de Koh Phangan.

 

IMGP3018

 

Et un resto, aperçu de loin, près de Khao San Road à Bangkok, le quartier des touristes.

 

 

CIMG3870

 

Pour ceux que cela tenterait : au bungalow, un soir où ils avaient un poisson très frais, j’ai fait du sashimi dans leur cuisine. Les planches à découper thaïlandaises les plus courantes sont en bois et se lavent très mal. Les conditions d’hygiène déjà en cuisine ne sont pas terribles. Tout est coupé sur la même planche à découper, que ce soit viande (donc porc) légumes ou poisson. Puisqu’on cuit tout, cela n’a pas d’importance, mais pour le poisson cru, c’est très dangereux.

 

Les mers sont trop chaudes pour que le poisson soit bon cru. Pas assez de graisse, une chair trop peu goûteuse. Et je ne sais pas du tout quel est la situation des anisakis dans les poissons de ces mers.

 

Je ne vous fais pas un dessin sur l’état du poisson cru après une heure sur un étal en Thaïlande…Je n’ai pas pu prendre de photo de sushi de thon ni de saumon, mais il y en avait. Franchement très très déconseillé.

 

Donc si vous voulez absolument manger des sushi en Thaïlande, ne mangez pas de sushi de poisson cru. Prenez des sushi de surimi, de crevette, de thon blanc en boite, d’œuf ou des œufs de lompe. Cela ne sera pas bon, c’est sûr. Mais au moins vous avez moins de chance d’être malade comme des chiens.

 

Même au Shangri-La à Bangkok, il y avait un coin sushi sashimi au buffet de midi. Ce coin dégageait une puanteur…qui rappelait celle des rayons de poissonnerie des hypermarchés en France.