Diner vietnamien compét. de grands vins –quoi de meilleur ?

Menu de ce soir chez nos amis R et I.

 

Charcuterie Vietnamienne – Condrieu 2009 Terrasses de l’empire Domaine Georges Vernay

Merlu poché aux épices, cheveux d’ange, verdure – Chevalier Montrachet 2004 : Michel Niellon / Domaine Leflaive

Poulet braisé à la citronnelle, riz et haricots vietnamiens – Clos Vougeot 2006 : Domaine d’Eugénie / Anne Gros

Fromages – Hermitage 1999 : Jean-Louis Chave / La Chapelle PJA (Paul Jaboulet Aine)

Fruits exotiques – Moscato d’Asti Scricciolo 2008 La Contea

 

CIMG3247

 

 

Vous l’avez deviné. Avec le poisson, la volaille et les fromages, nous devions comparer un vin de la même année mais de domaines différents et dire lequel nous préférions. Il ne s’agissait pas de deviner lequel était lequel. Il suffisait juste de dire ce qu’on aimait. Le premier ou le deuxième. Cela semble facile comme ça mais…pas du tout. Car aucun vin n’était mauvais, loin de là, chacun était bon, très bon, excellent, superbe…alors comment choisir entre un très bon et un excellent ? Entre un sublime et un superbe ? Question de goût tout simplement. Certains aiment les vins ronds. D’autres les vins plus incisifs.

 

Nul besoin à ce niveau de mentionner les associations mets-vins. Entre les mains du maître, cela ne se discute même pas.

 

Tous les vins étaient en carafes pour que nous ne puissions pas voir les étiquettes. Délicieuse dégustation à l’aveugle dont la seule obligation était d’essayer de savoir ce que l’on aime…

 

 

CIMG3249

 

 

Le poisson, un merlu poché aux épices, dont des feuilles de cari, se dégustait enveloppé dans une feuille de batavia avec cheveux d’ange vapeur, très fins, feuilles de menthe et de basilic chinois ( ?) fraiches, carambole, carottes marinées, concombre frais et trempé dans une “sauce à nem” piquante ou pas selon le choix de chacun. Délicieux ! J’en ai repris trois fois. Le poisson à chair blanche était délicatement parfumé aux épices, roulé dans la salade avec les cheveux d’ange très souples, subtilement élastiques, la fraicheur verte des herbes et du concombre, la douceur et l’acidité raffinées de la carambole, et l’acidité et le sucré plus prononcé de la carotte, plongé dans le sel et le sucre avec une pointe de piment de la sauce…Exquis ! Et en toute liberté, car chacun met ce qu’il veut avec ce qu’il veut et mange comme il veut. Certains, comme moi, voulaient absolument tout mettre dans le rouleau qui devenait difforme et s’en mettaient plein les mains, d’autres mangeaient plus poliment avec le rouleau de salade et de cheveux d’ange dans une main et la fourchette avec le poisson dans l’autre.

 

 

CIMG3254

 

 

Je n’aime pas le blanc de poulet et donc me suis précipitée pour prendre les parties avec des gros os (je ne suis pas une invitée modèle). Super bon,  légèrement sucré, fondant et très parfumé avec une peau moelleuse et caramélisée. Le riz, avec des haricots vietnamiens, qui ressemblaient en plus plat aux édamamé que nous avons chez nous au Japon : haricots de soja verts. Avec citronnelle à profusion et bien sûr beaucoup d’autres parfums et assaisonnements qui restent le secret du chef.

 

 

CIMG3258

 

 

CIMG3259

 

 

Je crois que notre copine A s’est resservie quatre fois.

 

J’ai oublié de prendre la photo du plateau de fromages. Evidemment, les vins, Hermitage 1999 tous les deux, étaient superbes, magnifiques. C’est rare que je m’extasie sur des vins, vu que je ne bois pas, mais là !

 

Pour le dessert, fruits exotiques. Mangoustan, litchis géants, et “bonbons”. Je ne connaissais pas ces derniers, qui ne ressemblent à rien. De loin on pourrait croire que ce sont des longans mais ils poussent en grappe et ont une forme légèrement pointue. Ils pourraient ressembler aussi à des petites pommes de terre. Au goût, cela m’a fait penser au pamplemousse, mais seulement à cause de l’amertume : je ne pense pas que ce soit un agrume. Parfois on tombe sur un mauvais qui est super amer. Mais quand ils sont bons, c’est le genre de fruit qu’on pourrait croquer éternellement. Le Moscato d’Asti se mariait à merveille avec le côté très prononcés en sucre et en acidité de tous ces fruits très juteux.

 

 

CIMG3260

 

CIMG3261

 

CIMG3262

 

Pour ceux qui sont surpris que je ne commente pas plus les vins, voici l’explication : je suis totalement ignare en vins donc ne peux pas commenter de façon érudite. Autre point, ils sont tous plus qu’excellents. Chose surprenante, nous avons presque tous préféré le même vin sur les deux propositions d’une même appellation. Le choix était parfois difficile, notamment sur les deux Hermitage 1999, mais après maintes discussions et le temps qui passe et le vin qui respire, s’ouvre et s’exprime (ou pas), nous tombions toujours d’accord. Mais je préfère ne pas vous donner nos choix, car ce serait injuste pour ces producteurs de vins tous absolument merveilleux et que nous aurions apprécié si R ne nous avait pas obligé à choisir…

A propos Chihiro

100% Japonaise, née à Tokyo, j'ai grandi à Paris, Londres et New York. Auteur de livres de cuisine, journaliste à mes heures perdues.

Les commentaires sont clos.