Tricotin

Cet énorme resto m’a été recommandé par plusieurs personnes pour les dim-sum. J’y suis allée deux fois en 3 ans, pour arriver exactement à la même conclusion.

Ni bon ni mauvais, les dim-sum sont sans doute corrects pour Paris. Dans cet ordre de prix, j’aurais peut-être une petite préférence pour ceux du Pacifique, à Belleville, où la graisse de porc utilisée me semble marginalement de meilleure qualité. Il ne faut pas aller au Tricotin quand on est fatigué : le gras vraiment bon marché pèse sur l’estomac.

Autrement, les défauts sont les mêmes que partout ailleurs. Pâte du ha-kao trop épaisse, farce trop « mixée » où on ne sent pas assez le croquant de la crevette. Siu-mai, étouffe-chrétien et graisse de mauvaise qualité. Pâte de navet avec trop de féculents et pas assez de navet. Raviolis de cives ou civettes ou ciboulette chinoise (les appellations varient), pâteux, trop amidonnés dedans et dehors.

Mais à ce prix, ça se mange bien, tout est servi chaud fumant, le service est efficace et agréable et ce ne sont quand même pas les surgelés on-a-l’impression-de-manger-du-plâtre-frais des traiteurs qui sont souvent servis aussi au restaurant.

Note : Les traductions en français des cartes des restaurants sont très approximatives et les dim-sum dits « au porc » ou « aux crevettes » contiennent souvent du gras de porc ET des crevettes. Ce sont deux ingrédients très présents dans la cuisine cantonaise, qui donnent de la tenue, du croquant et du goût.

Beaucoup de restaurants, même les plus chers, font faire leur dim sum dans des « cuisines centrales » situées en banlieue parisienne. Cela ne signifie pas qu’ils soient tous pareils : ils peuvent varier selon la recette donnée par le restaurant. La sous-traitance dans ces cuisines centrales permet d’optimiser le façonnage, très fastidieux et difficile à réaliser individuellement dans chaque restaurant.

 

Paniers de dim-sum.

Paniers de dim-sum. Ça donne toujours chaud au cœur même si on en a plein à la maison.

 

Ha-kao. Raviolis de crevettes translucides.

Ha-kao. Raviolis de crevettes. La peau est trop épaisse et la farce, trop mixée. Le croquant de vrais morceaux de crevettes se fait cruellement sentir. Sinon ça va. 4,40€.

 

Siu-mai. Raviolis de porc.

Siu-mai. Bouchées aux porc et crevettes. 4,40€.

 

Feuilles de soja farcies au porc.

Feuilles de soja farcies. 4,30€.

 

Taro farci au porc et frit.

Taro farci au porc et frit. 4,60€.

 

Raviolis de civettes.

Raviolis de civettes. Vraiment trop d’amidon dans la farce mais à ce prix… 3,10€.

 

Crêpes de riz aux crevettes.

Crêpes de riz aux crevettes. Très gras. 4,70€

 

Pâte de navet.

Pâte de navet. Trop d’amidon, pas assez de navet. Bien doré. 4,60€.

 

Ceci n'est pas un dim-sum. Intestin frit. Beaucoup trop gras.

CECI N’EST PAS UN DIM-SUM. Intestin frit. Beaucoup trop gras. 7€.

 

J’ai oublié de prendre la photo mais le riz gluant au durian était bon !

Thé au jasmin 1,50€
Bière Tsing Tao (petite) 4€

Tricotin
15 Avenue de Choisy
75013 Paris
01 45 84 74 44

A propos Chihiro

100% Japonaise, née à Tokyo, j’ai grandi à Paris, Londres et New York. Auteur de livres de cuisine, journaliste à mes heures perdues.

Les commentaires sont clos.