Tentative de gyoza “ailés”

P1010974

On dit que c’est difficile. Je ne pense pas que ce soit si dur que ça. Bien que ma première tentative soit un peu ratée…

En fait, il faut : un feu pas trop fort. Suffisamment d’huile, mais pas trop. La bonne quantité de fécule. Et on devrait obtenir des gyoza “ailés”, qui sont collés ensemble par une fine couche de pâte dorée, légère et croustillante.

Le principe est simple. Faire les gyoza, les faire dorer dans la poêle un peu plus rapprochés que d’habitude, puis, au lieu de verser de l’eau pour finir la cuisson à la vapeur, verser 100ml d’eau + 2 cuillerées à soupe de fécule (certaines recettes préconisent la farine de blé). Couvrir pour finir la cuisson à la vapeur comme d’habitude. Lorsqu’il n’y a plus d’eau, mais qu’une fine couche de pâte s’est formé au fond de la poêle (c’est ce qu’on appelle les “ailes”), collant les gyoza ensemble, verser tout autour (et non dessus) un mince filet d’huile. Cuire encore un peu pour que “les ailes” deviennent bien croustillantes et dorées. Et voilà.

P1010975

J’y étais presque, mais mon feu était trop fort. J’ai un feu gaz de 4.5Kw. C’est très bien pour le wok…mais ça brûle vite. Du coup, les gyoza étaient un peu trop cuits alors que les “ailes” n’étaient pas encore dorées. Et je n’ai pas ajouté d’huile à la fin, j’en avais un peu marre de nettoyer mes plaques, car depuis que je suis dans ma période gyoza (deux jours), mon mari n’en finit pas de nettoyer la cuisine. Ça gicle !

Sinon, ce n’était pas mauvais du tout. Mais c’est fini, la période gyoza. Après, ça sera la période okonomiyaki ou raclette.

A propos Chihiro

100% Japonaise, née à Tokyo, j’ai grandi à Paris, Londres et New York. Auteur de livres de cuisine, journaliste à mes heures perdues.

Les commentaires sont clos.