Soba. Yen.

yen-1200324

Kaki-furaï. Huîtres panées.

 

Quand on est Japonais, on a parfois une furieuse envie de soba. Peut-être est-ce comme l’envie d’une crêpe ou un jambon-beurre, pour un Français.

J’en fait de temps en temps, à la maison. Mais comme tout ce qui est « street-food » c’est beaucoup de travail pour un bol de nouilles qui ne suffit pas tout à fait pour un dîner.

Hier soir, nous avons diné (léger !) chez Yen. Avant l’ouverture de Sala où je ne suis toujours pas allée, Yen était le seul vrai soba-ya de Paris. De la même façon que Nodaïwa reste un choix par défaut pour l’unagi (l’anguille), Yen est pour nous, le soba-ya par défaut.

Mais en général, je sors de là, pas super super contente.

 

yen-1200325

L’aubergine en dengaku avec bizarrement, des petites crevettes, des dés de poivrons, asperges et champignons. Mais moins de miso que dans la version traditionnelle.

 

Cette fois c’était pire car j’ai vraiment regardé les prix sur la carte. Je savais que c’était cher pour des soba, mais à ce point ?

En résumé : les nouilles soba en elles-mêmes sont assez bonnes. Dans la soupe chaude, elles sont très al dente, un peu trop pour certains. C’est une question de goût.

Froides, servi avec le tsuyu – le bouillon de trempage – à part, elles sont plus cuites. La cuisson est parfaite et les nouilles sont très bien égouttées, ce qui est important.

Le tempura – car j’aime les nouilles udon ou soba avec du tempura -, est correct bien que la pâte soit un peu lourde. Il y a 2 crevettes, un bout d’asperge verte, une tranche de patate douce, un demi mini-maïs, et une petite tranche d’aubergine.

 

yen-1200331

Le bol de soba dans le bouillon chaud…

yen-1200336

…et le tempura qui vient avec.

 

Que vous preniez le ten-seiro (soba froid avec tempura) ou le tempura-soba (nouilles dans soupe chaude avec tempura), les tempura sont les mêmes. Je précise car dans les soba-ya pas chers de quartier que je fréquente – au Japon -, on vous sert juste le bol de nouilles chaudes garni de 2 tempura de crevettes et peut-être une feuille de shiso, parce que les tempura de légumes dans la soupe, ce n’est jamais très bon. En revanche, le soba froid est toujours servi avec le tempura à part. Et dans ce cas, c’est généralement un assortiment avec crevettes et légumes de saison.

Il y avait des kaki-furaï (huîtres panées) en suggestion : c’est assez rare, alors nous avons sauté dessus. Et nous avons pris une « petite » aubergine en dengaku.

 

yen-1200333

Le soba froid à l’igname râpée et wakamé.

 

Alors les prix :

La petite aubergine 15€

Les huîtres panées 25€ pour le plat de 5 huîtres.

Le soba froid avec tempura 21,50€

Le soba chaud avec tempura 22,50€

Le soba froid à l’igname râpée et wakamé 18€

Et nous avons pris les fameux desserts de Sadaharu Aoki (dont le nom est cité sur la carte et sur l’addition, ce qui est un peu excessif. Je ne les ai jamais beaucoup aimés, je les trouve lourds, ces gâteaux).

La crème de matcha et gâteau d’azuki 12,50€

Le millefeuille au matcha 12,50€

2 thés sencha 9€

1 petite bouteille de San Pellegrino 4,50€

Total (pour 3) : 140,50€…

Nous sommes sortis de là en n’ayant plus franchement faim, mais sans éprouver une grande satisfaction non plus. Une impression d’avoir grignoté mais pas vraiment diné tout en étant un peu écœuré par les desserts.

À Tokyo, pour cette quantité et cette qualité, on en aurait eu pour 100€ et ce dans les quartiers chics.

Et on aurait touvé ça un peu cher.

Finalement Yen, c’est vachement cher pour ce que c’est.

 

yen-1200340

Une sorte de gênoise à l’azuki avec d’épaisses couches de crème matcha entre deux. Un feuilleté de sésame et un macaron. Il y a aussi quelques sablés. J’ai eu du mal à finir. C’était lourd.

yen-1200337

Le millefeuille. Très lourd aussi.

yen-1200315

 

 

Yen
22 rue Saint-Benoît
75006 Paris
Tél : 01 45 44 11 18

A propos Chihiro

100% Japonaise, née à Tokyo, j'ai grandi à Paris, Londres et New York. Auteur de livres de cuisine, journaliste à mes heures perdues.

Les commentaires sont clos.