Restaurant Le George

Rapide déjeuner avec une amie au George, le restaurant méditerranéen de l’hôtel George V.

Le restaurant vient d’avoir une étoile au Michelin 2017 avec le nouveau chef, Simone Zanoni, anciennement du Trianon Palace, à Versailles.

Le lieu est surprenant car le grand salon d’autrefois, un peu poussiéreux et recouvert de livres, a été entièrement refait en tons modernes, du blanc, du noir, du gris, des verres bleus sur les tables et quelques touches subtilement dorées. Il porte l’indéniable signature de Pierre-Yves Rochon, à tel point qu’on le confondrait presque avec le Pré Catelan ou le Shangri-La. Une véranda donne sur la cour intérieure de l’hôtel, offrant ainsi un grand espace lumineux capable d’accueillir plus de monde, sans être influencé par la météo.

 

À grignoter, petites crevettes frites.

Le service est décontracté – relativement, car nous sommes tout de même dans un palace parisien. Grandes jeunes femmes aux jambes interminables, jeunes hommes barbus en chemise col ouvert de rigueur, le personnel se distingue du reste de l’établissement avec un faux air de Costes et un subtil parfum de bling. Sans que cela ne dérange car il reste tout aussi impeccable et efficace que le reste de cette grande maison – dont tout le monde s’accorde à dire que c’est LE palace parisien où le service est invariablement parfait.

 

Deux pains et des tuiles de parmesan – très très bons !

La carte est variée. Tout peut se partager, ou pas. D’abord les crudos – poissons crus, en lamelles ou en tartare. Puis les entrées, chaudes et froides, les pâtes et les risottos, les poissons et les viandes. Sans oublier les desserts.

 

Crudo de sériole marinée, citron. 18€

Frais et bon. Ne comptez pas dessus pour vous remplir la panse.

 

Velouté de potimarron.

Comfort food…et très chaud. Une jolie attention au détail, dans un lieu aussi immense.

 

Langoustines rôties, sauce moutarde de Crémone. 16€

La cuisson est parfaite, me dit ma compagne de table. Rien de plus ni de moins à signaler.

 

Poulpe du feu de bois. Légèrement épicé, avec une purée d’olives noires et des tomates. 12€.

Hmmmm. Je ne sais pas pourquoi dès que je vois « poulpe » sur une carte en France, je me jette dessus. Probablement parce que c’est rare. Mais pourtant, je suis toujours déçue ?

 

Hors carte, des pâtes à la truffe noire, déjà roulées autour d’une fourchette. Je n’en ferai qu’une bouchée, même grande. Elles sont terriblement excellentes, avec ou sans truffe… S’il vous plait, la prochaine fois, pourrais-je avoir toute une assiette creuse de ces pâtes, et je vous laisse la truffe ?

 

Agnolotti de queue de bœuf au vin rouge et à la sauge. 34€ pour le plat entier.

Nous avons partagé le plat. Trois agnolotti chacune. La pâte est ferme, al dente sans dureté. Le ragoût de bœuf à l’intérieur est bien réduit, goûteux à souhait, doux et très légèrement acide. Il n’y a aucun espace entre le ragoût et la pâte, aucun relâchement qui ferait clapoter le jus. Tout est absolument parfait, glissant et souple, mais juteux et bon.

Sauf que… TROIS ? ? ? Ils reposent confortablement sur ma langue, ni trop grands ni trop petits. Le temps de déglutir trois fois et il n’y a plus rien. Euh… comment dire cela poliment ? J’AI FAIM ? ? ?

Trop tard, nous avons compris qu’il aurait fallu prendre une viande après.

J’ai vu un dessert passer et j’ai regretté de ne pas en avoir pris… De loin, ils ont l’air succulents. De près, on verra la prochaine fois.

Les prix sont élevés. On paie non seulement la cuisine mais aussi tout le reste. Après tout, c’est un palace.

Menu déjeuner 65€
Menu « saveurs » à 110€/pers pour deux minimum
À la carte :
Crudo 12€ à 20€
Entrées 12€ à 18€
Pâtes et risottos 34€ à 40€
Poissons et viandes 32€ à 60€
Desserts 11€

Restaurant Le George
Four Seasons Hôtel George V
31 avenue George V
75008 Paris
Tél : 01 49 52 72 09

Sur le même thème


  • L’Orangerie

  • Déjeuner chez Kei
  • Choux de Bruxelles frits au piment fumé
    Botanique Restaurant

  • Le Cinq – magistral

  • Anicia – l’instant parfait

  • Étude – variations virtuoses

A propos Chihiro

100% Japonaise, née à Tokyo, j'ai grandi à Paris, Londres et New York. Auteur de livres de cuisine, journaliste à mes heures perdues.

Les commentaires sont clos.