Recette de poulpe à l’uméboshi

 

P1000133

Ce n’est pas vraiment une recette, juste une façon totalement improvisée de finir l’énorme poulpe que j’ai acheté l’autre jour au marché. Je l’avais fait cuire, tout simplement dans de l’eau bouillante, après l’avoir séparé la tête et les tentacules.

On l’a mangé en salade, en sashimi, en tout, et là, on en a marre. Il me reste encore 3 tentacules et la tète.

Voici donc ce que j’ai fait avec 2 tentacules.

Couper chaque tentacule en tronçons assez fins. Enlever le noyau de 4 ou 5 uméboshi au katsuobushi, hacher la chair et la mélanger aux tronçons de poulpe. Laisser reposer une nuit au frais. C’est tout !

L’uméboshi au katsuobushi est difficile à trouver en France, c’est de l’uméboshi assaisonné de katsuobushi. À défaut, l’uméboshi normal fait l’affaire. Vous pouvez y ajouter du katsuobushi pour donner au plat plus de goût.

L’uméboshi est un condiment : des prunes ou plus exactement des fruits de l’abricotier japonais saumurés, très salés et acides, que l’on mange avec du riz. Un bento rempli uniquement de riz blanc, au milieu duquel on aura posé un uméboshi est une reproduction du drapeau japonais…le hinomaru, d’où le nom qu’on nomme à ce bento de hinomaru bento.

P1000135

Uméboshi “nature”, avec juste un peu de shiso.

Il y a des millions de types et surtout de qualités d’uméboshi, pouvant aller à ceux que vous trouvez au supermarché, à ceux qui coûtent 8€ la prune, dans des boites individuelles, à Ginza. Pour ma part, je prends au milieu de la gamme, les hyper chers en m’ont jamais convaincue, et les vraiment pas cher étant trop bourrés d’additifs divers. En général, les grosses pièces sont plus coûteuses que les petites, mais ce n’est pas parce que c’est gros que c’est forcément meilleur.

P1000140

Uméboshi au katsuobushi, c’est à dire avec du shiso et du katsuobushi.

Autrefois parfumés juste au shiso, aujourd’hui il y en a au katsuobushi et au miel. Personnellement, je ne suis pas une grande fan des uméboshi au miel, je les trouve trop doux. Mais c’est une question de goût.

Je crois qu’on peut aussi les faire chez soi, mais je n’ai aucune idée de la recette. De toute façon il faut déjà avoir les fruits…

A propos Chihiro

100% Japonaise, née à Tokyo, j'ai grandi à Paris, Londres et New York. Auteur de livres de cuisine, journaliste à mes heures perdues.

Les commentaires sont clos.