Oloron Sainte-Marie la veille

C’était il y a deux ans. On me convie à un Festival d’image culinaire, un concours de photo de cuisine. À Oloron Sainte-Marie. Où est-ce donc ? Dans les Pyrénées ? Ah ! Oui. Bayonne. Pau. Saint-Jean de Luz. C’est par là-bas…Oh ! Que c’est loin…

oloron-2911

Aéroport de Pau. 30°C. Il fait chaud.

Je ne sais plus pourquoi finalement j’y suis allée. Mais j’ai bien fait car j’y ai trouvé beaucoup de beauté, des charcuteries à profusion et Marie.

oloron-1090889

La château de Lamothe, à Moumour (64).

Cette année aussi, je suis membre du jury pour le Festival. Nous devons choisir un vainqueur pour :

(1) La meilleure photo de plat, réalisée par des duos de chefs-photographes.

(2) La meilleure photo de pâtisserie, réalisée par des duos de pâtissiers-photographes.

Ces photos nous seront présentées dans l’anonymat absolu, c’est-à-dire que nous ne savons pas qui a fait la photo.

(3) La meilleure photo de produit, a.k.a. Le Road Food Movie, réalisée par un photographe, et dans laquelle un chef et le producteur du produit doivent mettre ce dernier en avant.

Pour cette photo, nous saurons qui l’a réalisée, puisque le chef et producteur doivent y figurer. Il s’agit donc de juger non pas comme les deux précédentes, la qualité de la cuisine et de la photographie, mais de la pertinence de la photo par rapport au produit choisi.

oloron-1100093

Les instigateurs. Marie Cazaban, avec Philippe Boé, lors de la cérémonie de remise des prix.

Marie s’appelle Marie Cazaban. Elle est responsable de l’Office de tourisme du Piémont Oloronais. C’est elle qui a eu l’initiative de ce festival alliant gastronomie et photographie, avec le journaliste Philippe Boé, enfant du pays lui aussi.

oloron-2920

Domaine de Lamothe. Le gîte, ancienne dépendance convertie en chambres, avec salons et cuisines.

Marie a un sourire aussi sincère que le soleil et un parler franc. Avec un accent que je ne saurais imiter, qui prononce « ç’te couille de XX m’emmerde hé ! » d’une voix qui chante, si charmante, si rieuse, que j’en étais toute désemparée. Une « couille » ? Est-ce une insulte ou un terme d’affection ? Il parait que c’est une expression qu’on utilise dans le coin.

oloron-1090885

Déjeuner tardif impromptu au château avec un vin blanc frais.

Ce coin de la France, Marie l’incarne, dans son intelligence aussi limpide que l’eau des ruisseaux, sa sensibilité claire qui, du moins dans mon esprit, ne peut être nourrie que par l’air pur de ces montagnes et que je n’ai jamais croisée à Paris. Elle a su, par je ne sais quel moyen – ou est-ce un sens de l’hospitalité pur produit du Sud-Ouest que je n’ai pas le bonheur de comprendre – à mobiliser toute une équipe de bénévoles qui vient nous chercher à l’aéroport, nous emmène au centre commercial acheter un maillot de bain (que j’avais oublié évidemment), qui nous ramène à l’hôtel à 2 heures du matin, et dont la plupart du temps nous n’avons même pas la décence de retenir le prénom.

oloron-1090884

Saumon fumé avec une purée au curry et citron vert, concocté à la minute par Laurent Nederlof, le chef-propriétaire du château.

Son équipe est d’une patience infinie, toujours souriante, même au téléphone quand je change mon vol pour la 4ème fois, comme si j’étais la seule à prendre l’avion pour Pau. Car il faut comprendre que cette petite ville d’Oloron Sainte-Marie accueille pendant ce Festival, des centaines de capricieux venus du monde entier. Cuisiniers, pâtissiers, journalistes, photographes, écrivains, blogueurs, éditeurs. N’en faisant qu’à leur tête, prévenant de leur arrivée au dernier moment. Oh ! Pas tous bien entendu. Certains sont bien élevés tout de même. Pour ma part, j’avoue avoir reçu 5 mails d’Oloron et attendu fin août avant de donner la date de mon arrivée. Pour la changer finalement 4 jours avant…

oloron-2916

Du vrai thé en feuilles dans une grande théière. Je suis comblée.

Le jury de cette 5ème édition du Festival était composé de :

Pascal Barbot, Président du jury (chef du restaurant Astrance)
Frédéric Bau (directeur de création chez Valrhona)
Sophie Brissaud (écrivain, styliste, photographe culinaire)
Franck Fresson (chef pâtissier à Metz)
Pierre Javelle (photographe)
Florence Lécuyer (directrice du pôle arts de vivre aux éditions de La Martinière)
Grant Symon (photographe)

oloron-1100045

Le jury en mode détente. La photo a été pixelisée pour préserver l’intimité des membres…dommage.

J’ai hésité. Mais j’ai aussi rêvé. D’une sieste dans un lit au soleil, rafraichi par les murs de pierres. D’un thé dans le jardin de l’hôtel, sous un parasol écru et une douce lumière. Du silence sous l’arbre à kiwi (comment appelle-t-on l’arbre du kiwi ?) près de la piscine du Château. Car cette année, comble du luxe, tous les membres du jury étaient logés au Château de Lamothe, ancienne résidence des évêques convertie en hôtel. On aurait vendu son âme pour moins…

oloron-1090893

Diner du 27 septembre au Château de Lamothe par le chef-propriétaire néerlandais, Laurent Nederlof.

Mais c’était quand même délicat. Car parmi les concurrents se trouvaient Noriyuki Hamada, chef du Yukawatan, de Karuizawa, Japon, dont j’ai souvent parlé ici et ailleurs et dont je fais actuellement le livre prévu pour octobre 2014. Et en duo avec le chef Hamada, Richard Haughton, le photographe qui a fait toutes les photos de mes livres de chefs dont celui de l’Astrance avec Pascal Barbot, président du jury. Ça fait désordre…et donne une forte impression de famille, de copinage et de partialité.

oloron-1090903

Fabuleuses assiettes Versace, chacun la sienne…

Mais Sophie Brissaud me dit : “Le monde de la gastronomie est tellement petit. On ne peut pas ne pas tomber sur des gens qu’on connait”. C’est vrai. Mais Richard ! Cela ne fait que 20 ans que nous travaillons ensemble.

oloron-1090896

…celle de Grant Symon.

Les photos sont réalisées la veille ou le matin même et nous sont présentées sur un écran de projection et des écrans PC. Nous délibérons à huis clos. Nous ne savons pas qui a réalisé les photos. Les noms ne seront révélés qu’à la remise des prix. Mais chaque photographe a un style.

Pourrai-je être objective face à l’œuvre d’un photographe dont je vois le travail tous les jours ? J’avais peur de sous-noter par une sorte de conscience mal placée. Peur de cette familiarité qui m’enlèverait toute objectivité. Peur bien sûr, qu’on me reproche d’avoir pris parti.

oloron-1090899

Des bons vins.

J’étais tellement sure de reconnaitre la photo de Richard Haughton – Noriyuki Hamada…Mais peut-être pas, après tout… ?

Et qui peut refuser une invitation à passer un weekend à Oloron Sainte-Marie ?

oloron-1090897

Amuse-bouche de saumon fumé.

Après m’être jurée que je serai totalement impartiale – et puis après tout, je ne reconnaitrais peut-être même pas leur photo – le 27 septembre, je prends l’avion à Orly en début d’après-midi, direction Pau. Le Festival se déroule sur deux jours, le 28 et le 29 mais j’aime prendre mes aises. On m’avait dit qu’il y aurait une piscine et du rafting. Rafting ? Non merci ! Qui voudrait faire du rafting à Oloron ? Mais la piscine, peut-être, s’il fait beau et chaud.

oloron-1090904

En entrée, deux foies gras. Terrine et escalope, avec un chutney de fruits dont des écorces d’agrumes.

(En fait tout le monde voulait faire du rafting. Amandine Chaignot, que j’avais vue une semaine auparavant. Sophie Brissaud, aussi. “Tu n’as pas peur de te noyer ?” “Mais non, pourquoi donc ?” C’était tellement plein qu’ils ont été obligés de rajouter des bateaux).

oloron-1090909

Suivis d’un gigot de sept heures, carottes, asperges et une généreuse pomme de terre.

Pour ceux qui ne vont pas “rafter”, Oloron avait prévu des visites du Domaine Cabarrouy (Jurançon). “Visite du Domaine, dégustation et déjeuner campagnard”. Euh…non merci. Moi, je ne ferai rien du tout.

oloron-1090913

Tarte au citron meringuée, faite par Jean-Luc Constanti, pâtissier à Oloron Sainte-Marie, et concurrent au concours de photo de pâtisserie.

Le soir, diner intime au Château de Lamothe. Philippe Boé et Michel Tanguy, journalistes, qui animeront la soirée de remise des prix du concours. Lionel Lévy chef de l’Intercontinental Marseille Hôtel Dieu. Sophie Brissaud et Grant Symon, jury. Marie Cazaban et une collègue. Nous avons beaucoup ri. La bonne humeur d’Oloron est bien contagieuse…

(à suivre)

CP FIIC PHOTO DE PLAT_01

CP FIIC PHOTO DE PLAT_04

CP FIIC PHOTO DE PLAT_05

A propos Chihiro

100% Japonaise, née à Tokyo, j'ai grandi à Paris, Londres et New York. Auteur de livres de cuisine, journaliste à mes heures perdues.

Les commentaires sont clos.