Les Foodies

Les Foodies ou quand la fusion est bleue…

Aujourd’hui, tout était bleu.
Bleue, la carte. Bleue, la bouteille d’eau. Bleu, le ciel, et même quelques bords d’assiettes.
Il y avait beaucoup de reflets bleus dans ce nouveau restaurant et c’était tellement frais.

J’ai toujours aimé ces verres… pourquoi aujourd’hui ne voyons nous plus que des flûtes ?

Les Foodies a ouvert il y a deux mois, dans un coin intime du Marais, à trois pas du BHV.
Saviez-vous que là, il y a une petite place qui s’appelle Square Sainte-Croix de la Bretonnerie ? Cela fait 40 ans que je fréquente ce quartier, et je ne l’ai découvert qu’aujourd’hui.

Totally blue.

 

Chef Davide Galliano

Le chef, Davide Galliano, est originaire de Milan par son père et de la région de Chomburi en Thaïlande par sa mère. Sa patrie est l’Italie mais il va très très souvent en Thailande. Il a beaucoup voyagé.
« Je suis parti au Mexique, dit-il, car je pensais que ce serait plus cool. C’était plus cool. Tout était très cool. Mon travail était cool, ma vie était cool, tout était cool. Je voyais ma vie, cool, vieillir, cool. Mais j’étais jeune et j’en voulais. Une vie de coolitude, ça ne me disait rien. Alors je suis venu à Paris. »

Chef Davide Galliano

Et à Paris, ce sera l’école du Cordon Bleu.

Amuse-bouche. Saumon légèrement fumé, crème et tuile. RAS.

Ici, on parle en sourires

Chef a un grand sourire, franc et ouvert. Il ne parle pas trop le français. Quand il est venu me serrer la pince, il a hésité puis tout de suite : « do you speak English ? ». Son anglais est fluide, animé d’un accent italien.
Le serveur a un grand sourire très doux. Il ne parle pas super bien le français, non plus. Je ne sais pas d’où il vient mais il a échangé très naturellement avec deux clientes russes de la table à côté. Peut-être est-il Russe ?
Le directeur du restaurant ou barman, je ne sais pas trop,  est un bel homme tout aussi souriant. Il n’est pas Français non plus.

Poulpe et papaye grillés, tomates cerise, câpres, burrata. Les tomates sont très sucrées, beaucoup plus que celles qu’on trouve à Paris. « Je les fais tremper un peu dans le sucre » dit le chef. Ah, voilà ! Exquis.

En fait ici, personne n’est français, à part les clients. La langue commune semble être le sourire. C’est terriblement agréable car ils ont l’air sincèrement heureux.
En cuisine, on communique en anglais qui n’est la langue d’origine de personne.
Chef fusion, staff fusion, cuisine fusion… Je vous l’avais dit, tout est bleu.

Chittara à l’encre de seiche, carpaccio de St Jacques. Les pâtes sont très très bonnes avec évidemment une cuisson parfaite.

 

Une cuisine souriante et sans limites

La cuisine est bonne et vraiment très sympathique. On la sent ouverte à tout, aux céphalopodes, aux épices, aux pâtes maison, à la cuisine moléculaire, au sous-vide. Les cuissons sont maitrisées. Je suis impressionnée par le poulpe, qui est invariablement raté en France, même chez les meilleurs. Les Saint-Jacques viennent des États-Unis, les tomates de Sicile, et la pintade, joliment rôtie, s’accompagne d’une sauce Penang.

Pintade rôtie, quinoa noir, asperges, sauce Penang. Aucun reproche, tout est parfait … si ce n’est que lorsqu’on entend « Penang » on s’attend à un peu plus de peps. Je pense que ça ne va pas tarder….

Tout n’est pas encore parfait. La cuisine manquerait peut-être d’un tout petit peu de peps, un brin d’acidité, de piquant. On sent que le chef n’ose pas encore envoyer les épices. Mais on sent aussi qu’il en est tout à fait capable et alors, cela pourrait devenir très, très, intéressant.

Les Foodies Split. Poudre de Nutella, banane rôtie, glace et fruits. Il ne faut pas le dire mais j’adore.

Chef nous dit : « Quand j’étais gamin, j’adorais le Nutella avec la banane… »
Le dessert que cela a donné est terriblement régressif. Je l’ai mangé, non pas comme un grand dessert mais un goûter d’enfant. Et j’ai tout fini. C’était bon, tout simplement.

 

Menu déjeuner 21€ Sunday Roast du dimanche 26€

Les Foodies
6-8 Square Saint-Croix de la Bretonnerie
75004 Paris
(Je n’ai pas trouvé le tél mais on peut réserver sur la Fourchette)
Fermé lundi et dimanche soir.

(4 juin 2017)

A propos Chihiro

100% Japonaise, née à Tokyo, j’ai grandi à Paris, Londres et New York. Auteur de livres de cuisine, journaliste à mes heures perdues.

Les commentaires sont clos.