La Buvette – Bruxelles

C’était un très joli diner à La Buvette, qui n’est ni à Knokke, ni à Tokyo, ni à Paris, mais à Bruxelles.

 

buvette menu

 

Le lieu est charmant, une ancienne boucherie des mauvais quartiers, convertie en resto plutôt bobo. La serveuse était on ne peut plus craquante, et le serveur, beau gosse. La cuisine, très très très sympathique. Je n’ai pas goûté les vins, juste une goutte de saké : « Okumanchôja no yumé » (Le rêve du milliardaire), bizarrement très juste, en accord avec le poisson qui pourtant n’avait rien de bling.

Il y a un grand menu L à 49€ et un très grand menu XL à 64€. Cela nous a fait sourire et nous avons pris le XL, soit 9 plats. Un rapport qualité-prix absolument fabuleux au regard de la cuisine, gentiment créative, doucement souriante, surprenante sans prétention malgré des cuissons pile-poil et des équilibres de saveurs impressionnants. Une très bonne fraicheur, de l’acidité, du sucré, du salé, de l’umami, beaucoup de naturel, des textures en tous genres et rien de superficiel. C’est un exploit à ce prix. Chapeau.

 

 

Dernières tomates de la saison, légèrement confites avec du ketchup maison. Un plat tout en fraicheur et en douceur, avec une bonne acidité et un peu de craquant pour réveiller les sens.

 

 

Ricotta, épinards et sésame croquant. Blanc, vert et noir. Simple mais efficace.

 

 

Chinchard mariné, oignons, ail noir et dashi. Je m’attendais au pire (qui s’attaque au chinchard ?) mais quelle agréable surprise ! La texture du chinchard est parfaite : entre le cru et le cuit sans être poissonneux, raffermie probablement avec un sel judicieux ou quelque chose qui lui enlève son excès d’humidité. Toujours dans une grande fraicheur avec beaucoup de délicatesse, un dashi aux parfums exotiques accompagne le poisson tout en finesse.

 

 

Merlu, haricots beurre et je crois kasha craquant dessus. Très bon, cuisson au top.

 

 

Absorbée par la conversation, j’avoue avoir un peu oublié ce que c’était. Des « cigares » de crabe ? C’était bon mais c’est parti très vite…

 

 

Le fameux saké du milliardaire qui rêve. Un seishu de Niigata.

 

 

Un bien généreux filet de cannette. Les croquettes sont chaudes, la purée de courge est douce, le jus est bon, et la cuisson ne laisse rien au hasard. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, ce soir à Bruxelles.

 

 

Fraises, glace et meringue. Dernières de la saison, elles aussi, mais douces comme un cœur.

 

 

Poires pochées, crumble.

 

 

Chocolat, uméboshi (prune salée japonaise). Très original. Où l’on découvre avec surprise que l’amertume du chocolat se marie bien avec l’acidité de l’uméboshi.

 

La Buvette
Chaussée d’Alsemberg 108
1060 Saint-Gilles
Belgique

+32 2 534 13 03

http://la-buvette.be/fr

A propos Chihiro

100% Japonaise, née à Tokyo, j'ai grandi à Paris, Londres et New York. Auteur de livres de cuisine, journaliste à mes heures perdues.

Les commentaires sont clos.