Café Pouchkine

Je n’ai pas aimé le Café Pouchkine.

Ambiance cantine dorée ou resto d’autoroute à fioritures. Une déco qui aurait pu avoir son charme, sauf qu’on se croirait chez Ladurée sans le vert. Ce jour-là, 20 minutes d’attente pour une table. Peut-être un mauvais jour, mais il fallait être sacrément motivé. Il y avait évidemment trop de monde, les uns sur les autres, un brouhaha incessant et un service trop jeune abandonné à lui-même, qui s’en sort finalement pas trop mal, par moments.

Avec Ladurée à 3 pas, Angelina à 10, le quartier est saturé de salons de thé du style. Les gâteaux sont décoratifs, pas mauvais mais pas fins. Avec ce temps d’attente et à ces prix, on peut faire mieux – sans toutefois la vue sur la Madeleine tout de Moncler vêtue ce jour-là.

Conclusion : Beaucoup de forme et pas grand fond. Cela devrait plaire aux touristes, quant aux Parisiens, ils connaissent les bons coins, eux.

Le stagiaire BFM a sévi ! La carte porte sa signature, avec des majuscules créatives et une ponctuation originale. Les mélanges de thés aussi, ramassis des fonds de tiroirs de la tante Gertrude…
Thé Medovic (Le Médovic est le biscuit emblématique de la maison)
Thé noir de Chine. Arômes de vanille, orange, amère, orange et de cardamome. Ecorces d’orange et morceaux de cardamome et clous de girofle. Gousses de vanille.
Relire trois fois à voix haute…
Thé Mélange Spécial Pouchkine
Thé noir de Chine (Puerh ? Keemun ?), sobacha (infusion japonaise de sarrasin), Hojicha (thé vert japonais torréfié). Arômes de vanille, miel, cannelle, cardamome et rose. Morceaux de cannelle, gingembre, cardamome et carvi.
Gloubi-blouga. Que diriez-vous d’un mélange de robusta, arabica, chocolat et chicorée, aux arômes de violette, clou de girofle, basilic et lavande ?
Thé Vert Yuzu Framboise
Thé vert sencha de Chine (euh…), arômes yuzu et fruits rouges, Pétales de roses et écorces de citron.
Un smoothie, quoi.
Mieux vaut en rire, mais c’est triste.

 

 

chocolat chaud

Chocolat chaud. RAS.

 

Tarte citron. RAS.

 

Médovic. Bon, un peu lourd.

 

Napoléon. Joli feuilletage et fruits rouges en février.

 

Macarons au yaourt. Une impression de macarons fourrés aux colorants et une crème sans goût, à trois parfums qui correspondaient ou pas, à ceux que nous avions demandés. Nous n’avons pas aimé, du tout.

 

 

 

 

Café Pouchkine
18 place de la Madeleine
75008 Paris

A propos Chihiro

100% Japonaise, née à Tokyo, j'ai grandi à Paris, Londres et New York. Auteur de livres de cuisine, journaliste à mes heures perdues.

Les commentaires sont clos.