Au Petit Tonneau

…parce que ça faisait longtemps que je n’avais pas goûté ces ambiances-là.

Carrelages d’antan, nappes Vichy et des ombres partout.

J’ai l’impression d’entendre l’eau du canal qui clapote aux pieds de Maigret, et de sentir sa pipe mouillée par la pluie.

Une cuisine honnête de bistrot qu’il fait bon flairer et choisir à la carte – des noms simples, droits, avec des virgules, qu’on a un peu perdu l’habitude de lire.

« Escargots de Bourgogne (la douzaine) »

« Les œufs en meurette »

« Chateaubriand, sauce au poivre »

« Rognon de veau, sauce Madère »

Et bien sûr, « la tarte Tatin et sa double crème » et « la crème caramel ».

Ce midi, il n’y avait que des clients qui avaient dépassé la soixantaine de quelques décennies. Des habitués sans doute, qui viennent ici depuis toujours.

Quand on regarde bien, tout est peut-être un brin plus joli que dans nos souvenirs. La cuisine est un peu lisse (on parie que le cuisinier est jeune et pimpant), et il y a des ravioles de langoustines en suggestion du jour. Les étiquettes des vins sont bien blanches et ça sent plus le propre que la fine.

N’empêche que, assise à la place de Maigret, ballottée entre hier et aujourd’hui, j’ai vécu un moment très heureux.

Au Petit Tonneau
20 rue de Surcouf
75007 Paris
Tél : 01 47 05 09 01

 

Une plaque gravée au nom de mon idôle.

Une plaque gravée au nom de mon idole. Ah !

 

Asperges, vinaigrette d'herbes, copeaux de parmesan.

Asperges, vinaigrette d’herbes, copeaux de parmesan.

 

Rognons de veau.

Rognons de veau. Simples et très bons, avec des patates qui vont vraiment très bien.

 

Blanquette de veau.

Blanquette de veau.

 

Crème caramel.

Crème caramel.

 

Tarte tatin.

Tarte tatin.

 

Des "vieux" clients.

Des « vieux » clients.

 

Vieux carrelages, vieille porte vitrée.

Vieux carrelages, vieille porte vitrée.

 

A propos Chihiro

100% Japonaise, née à Tokyo, j’ai grandi à Paris, Londres et New York. Auteur de livres de cuisine, journaliste à mes heures perdues.

Les commentaires sont clos.