Au Pays de Confucius

C’est un peu compliqué.

Au 88 boulevard de l’Hopital, il y a les Délices de Shandong = 山東小館

Le nom est toujours le même mais avant, c’était un restaurant. Maintenant c’est une échoppe de nouilles et raviolis faits maison.

C’est au 68 boulevard de l’Hopital, que l’on peut retrouver la cuisine des anciens Délices de Shandong, dans un nouveau restaurant qui s’appelle Au Pays de Confucius = 老山东

Mais qui sur Google Maps s’affiche sous le nom de Délice de Confucius…

On y retrouve les plats emblématiques de l’ancien restaurant, à commencer par les raviolis – qui sont théoriquement les mêmes aux deux adresses – et le pain vapeur « fleur roulée », le concombre de mer, les crevettes farcies, l’aubergine à l’ail…la liste est longue.

Le patron-chef des deux établissements est toujours Lao Xue. On l’a vu au Pays de Confucius recevoir une caisse de ciboulette chinoiste et l’inspecter tout à l’heure à la fermeture.

Alors, je ne sais pas si c’est moi ou si c’est eux, mais les raviolis m’ont semblé meilleurs ici. Surtout nos préférés, les raviolis au poisson…Top !

Ça doit être un truc de Japonais car tous les Japonais que j’y ai emmenés, adorent. Mes copains français préfèrent ceux au porc et aux cives. Il y a aussi ceux au porc et chou, et aux crevettes.

Le mieux, c’est d’y aller suffisamment nombreux pour pouvoir commander les 4 types de raviolis et picorer quelques uns de chaque.

De toute façon la cuisine chinoise est la plus conviviale du monde, absolument pas drôle à deux…

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Raviolis de porc et chou

Raviolis au porc et chou chinois.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Nouilles sautées

Nouilles à la mode de Shandong. À l’allure simpliste mais étonnamment bonnes. Nouilles fraiches maison, cela se voit à l’aspect non « al dente. »

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Langues de canard

Langues de canard parfumées (il n’y avait plus de langues de canard tout court)

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Canard parfumé

Canard parfumé, croustillant à souhait. Bien assaisonné, délicieux avec du riz nature ou le pain « fleur roulée » (voir plus bas).

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Gésiers

Les gésiers, très simples, avec de l’huile de poivre de Sichuan, sont les mêmes au 88 mais là-bas ils étaient moins goûteux malgré une grosse présence de glutamate. C’est moi ou c’est eux ? Ceux-ci étaient absolument excellents : on a du mal à ne pas y revenir.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Concombre de mer

Le concombre de mer, rare en France : ce n’est peut-être pas le meilleur que j’ai goûté dans ma vie, mais cela reste très bon et la rareté du produit fait que j’y reviens à chaque fois.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Crevettes à l’ail

Les crevettes à l’ail sont géniales. Il faut les manger vraiment chaudes, ça n’attend pas.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Pain vapeur

Ce soir, il n’y avait plus de pain « fleur roulée » 花巻, seulement du pain vapeur normal. Il est nettement moins intéressant que le pain « fleur roulée » qui est terriblement bon ici.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Bulots

Le plat froid de « conques » (je pense vraiment que ce sont des bulots) était particulièrement impressionnant car très simple. Avec du céleri et des carottes fraiches juste coupées dans un jus de coquillages.

On ne s’attend pas à un plat chinois aussi fin dans le 13ème – et à ce prix ! Mais on oublie trop vite que tout ici est très raffiné en goût.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Aubergine

Aubergine à l’ail. C’est bon mais je préfère l’autre, l’aubergine froide, dont le nom aurait été changé à salade d’aubergine et que mes compagnons de table n’ont pas voulu prendre. Ils ont préféré essayer la version chaude, nettement moins intéressante à mon avis.

L’aubergine froide et les « conques » sont tellement délicates qu’elles seraient servies chichement dans des bols japonais à 15€ chacun qu’on en ferait tout un plat de la zénitude de la cuisine japonaise mystérieuse et indécodable.

D’où j’en conclus que le Pays de Confucius est toujours d’un excellent rapport qualité prix car on y mange très très bien, pour 25€.

 

Tang Yuan en dessert. What else ?

Ce sont des boules de farine de riz farcies de crème de sésame, servies ici dans de l’eau chaude pour les garder molles. Attention : il ne faut pas essayer de les couper dans le bol car la crème de sésame s’écoule dans l’eau…il faut les manger entières, ou les croquer tout en les laissant dans la cuillère.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Boules de riz au sésame

 

Au Pays de Confucius
68 boulevard de l’Hopital
75013 Paris
Tél : 01 47 07 36 92

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Grande carte

 

A propos Chihiro

100% Japonaise, née à Tokyo, j'ai grandi à Paris, Londres et New York. Auteur de livres de cuisine, journaliste à mes heures perdues.

Les commentaires sont clos.