Qui suis-je ?

Ma grand-mère était professeur de thé à Nara, l’ancienne capitale du Japon avant Kyoto (après Kyoto c’est Edo qui changera de nom pour devenir Tokyo). J’avais 2 ans quand j’ai commencé à apprendre la cérémonie du thé, si l’on en croit cette photo. Avec le ohana (qu’en France on appelle ikébana) et le piano, cela fait partie de ces choses que l’on apprend quand on est une jeune fille de bonne famille. Je n’aimais pas le matcha, le thé vert épais de la cérémonie de thé mais j’aimais bien les gâteaux qui étaient servis avec.

Finalement, je n’ai jamais réussi à devenir une jeune fille de bonne famille, au grand désespoir de ma grand-mère. Je ne sais toujours pas tenir correctement mes baguettes et mes courbettes ne sont pas à l’angle qu’il faut. En plus, je ne marche pas avec les pieds légèrement tournés vers l’intérieur mais dans l’autre sens, comme un canard. Je sais tout juste reconnaitre une tulipe d’une rose. Et je n’aime toujours pas le thé matcha.

Lorsque le film de Miyazaki Les Voyages de Chihiro est sorti en France, il y a quelques années, pour la première fois de ma vie, c’était cool. Quand j’appelais quelqu’un au téléphone que je ne connaissais pas, et que je donnais mon nom, au lieu de « PARDON ? ? ? Vous pouvez m’épeler ça ? « , on me répondait : « Ah, oui, comme le film ! »

C’est fini, ça. Cela n’a duré que quelques mois.

Mes parents ont choisi ce prénom, que personne au monde ne peut prononcer sauf les Japonais, parce que mon père s’appelait Chi-aki (mille automnes) et mon grand-père avait été capitaine de navire : hiro est l’ancienne unité de mesure de la profondeur de la mer. Chi-hiro ou mille hiro, c’est tellement profond que cela n’existe pas, du moins c’est ce que mes parents m’ont toujours dit. Je n’ai jamais mesuré.

Quand on me demande si mon prénom a une signification, je réponds :  » Mer Profonde « . Cela fait toujours de l’effet…

Ca s’écrit : 千尋 ou ちひろ ou encore チヒロ (il y a trois « alphabets » en japonais, mais je ne rentrerai pas dans les détails ici)

Par contre, en Chine, ils sont morts de rire : en chinois ça donne « visiter mille fois ». Genre celui qui insiste lourdement et qu’on renvoie mille fois sur le pas de la porte.

PS : Chihiro se prononce tchi – hi (h aspiré) – ro (plus proche du lo, un peu comme en italien). En général on m’appelle « tchi« . C’est plus court.

PPS : Je vous rassure, je n’ai pas passé mon enfance en kimono, c’est juste que je n’ai pas beaucoup de photos de moi. Celle en kimono rouge, c’était à Londres, j’avais 6 ans et ça devait être pour une occasion, je ne me souviens plus laquelle.

 

Les commentaires sont clos.